Retour sur le trail du Tranloup 2014

Avec un peu de retard, j’en conviens, je profite d’un peu de temps disponible pour revenir sur l’édition 2014 du trail de Blessac ou tranloup nature, qui s’est déroulé il y a maintenant un mois à Blessac(début septembre).

Notre ami Jyves nous avait concocté un parcours de 10 km assez varié et toujours aussi agréable, la météo ayant été estivale, tout était réuni pour que tout le monde passe un agréable dimanche.

Sauf que des frelons, semble-t-il, émoustillés par le passage peut être un peu bruyant de quelques coureurs ont décidé de gâcher la fête, et qu’en je dis gâcher, c’est un euphémisme.

En effet, ils se sont littéralement jetés sur une bonne dizaine de nos malheureux participants, les piquant sévèrement et créant chez un d’entre eux un choc anaphylactique, soit une réaction allergique très violente, qui peut, si le traitement adéquat n’est pas administré dans les plus brefs délais, avoir de très graves conséquences.

Fort heureusement, avec la présence d’esprit salvatrice d’un coureur présent, se rappelant qu’il avait une injection d’adrénaline dans sa voiture (le traitement à administrer d’urgence dans un pareil cas), et le sang froid des gens venus porter secours, la catastrophe a pu être évitée.

Je ne vais pas plus loin dans le récit, je ne rentre pas plus dans le détail, mon propos souhaite mettre en avant les carences de la réglementation en vigueur, pourtant si fertile pour bien des sujets, vous en conviendrez aisément.

Je m’explique: les pompiers,  chargés d’assurer les secours et présents sur la course, n’ont aucun moyen d’intervenir dans une telle situation. Ma volonté ici n’est de critiquer personne, vous l’aurez compris et surtout pas les pompiers qui sont les premières victimes de cette carence. Je souhaite là alerter les autorités compétentes pour qu’on tire les enseignements d’une telle mésaventure, pour éviter, si cela se reproduisait, que de mésaventure, elle devienne drame.

Ainsi, s’il vous plaît qu’on se penche rapidement sur ce cas d’espèce. Même si le risque 0 n’existe pas, tout le monde en est conscient, il faut que les services de secours présents sur les manifestations sportives, aient  les moyens d’intervenir lors d’une situation semblable. Au même titre que des malaises cardiaques par exemple, pour lesquels un vrai travail de réflexion a été menée, les piqûres de guêpes ou de frelons sont monnaie courante sur les compétitions sportives estivales. Ainsi, il faut réfléchir aux moyens qui doivent être mis en place pour pouvoir assurer efficacement les secours dans ces cas précis. S’il vous plaît de façon constructive et non trop contraignante pour les organisations à taille humaine.

Voilà, j’en ai fini là dessus, hormis ce point de réglementation à revoir, tout est rentré dans l’ordre. Je ne peux résister de remettre une photo de notre ami Jyves en plein effort.

En effet, il paraît que pour exorciser ce mauvais souvenir, qu’il est allé courir les foulées de Lépaud, déguisé en frelon géant. J’attends avec impatience de découvrir les photos, que je ne manquerai bien sûr pas de partager avec vous.

 

JB

jyves glenic 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>